Premier sommelier de France

Meilleur sommelier de France 2012
Romain Iltis, Meilleur Sommelier de France 2012. © R. Iltis
A-  |  A+

Six mois après la distinction suprême, Romain Iltis, sacré Meilleur sommelier de France 2012, savoure sa victoire à l’Arnsbourg, restaurant  triplement étoilé situé à Baerenthal en Moselle.
A moins d’une dizaine de kilomètres de là se dessine la frontière alsacienne que Romain traverse chaque jour pour regagner ses pénates à Niederbronn-les-Bains.
Tentera-t-il le concours du meilleur sommelier du monde ? Pour le moment, il reste concentré sur la charge exigeante de chef sommelier qui l’occupe à plein temps.

Nous lui avons demandé son sentiment sur la Route des vins d’Alsace. Dans l’attente de nouveaux scoops.

Dès mon enfance, dans la Vallée de Munster, j’ai vécu cette dualité saisonnière propre à la région qui veut que l’on se partage l’été à la montagne et l’hiver dans le vignoble. Ce dernier reste ensoleillé durant la saison froide et est ainsi propice, grâce à son exposition, à de belles balades en famille. Autre particularité de la Route des vins, sa longueur qui, du nord au sud, couvre presque tout le territoire. La singularité de cette voie royale vient également de son enclavement dans les contreforts des Vosges. Les vallées se suivent et ne se ressemblent pas, offrant au voyageur des tableaux sans cesse changeants. Les communes, dont certaines classées « Plus beaux villages de France », sont autant de tableaux qui proposent à chaque fois une vision différente de cet itinéraire si exceptionnel. Une galerie de paysages de carte postale dont on ne se lasse jamais.

Variété du terroir également. Nous avons la chance de côtoyer une mosaïque géologique unique au monde. Aussi, nos vins, qui comptent parmi les vins gastronomiques les plus réputés qui soient, proviennent de cépages d’une incroyable diversité. Un Riesling, pour ne citer que le plus célèbre de nos ambassadeurs, évoluera différemment selon qu’il mûrit sur un sol de granit, de marne ou de grès. Tous les goûts sont dans notre nature alsacienne ! L’attachement des Alsaciens à leur vignoble n’est plus à démontrer. C’est une coutume, à l’occasion des vacances, d’emporter une bouteille de vin d’Alsace dans le coffre de sa voiture pour la faire découvrir à ses amis. L’Alsacien, quand il n’est pas lui-même issu d’une famille de vignerons, reste fidèle à trois ou quatre domaines dont il connaît bien les vins auxquels il fait honneur à longueur d’année.

L’Alsace est riche de son vignoble grâce au travail de la terre. Son attachement indéfectible à cette terre est une valeur sûre qui a traversé les siècles et il ne s’est jamais démenti.

Joyeux anniversaire, belle Route des vins d’Alsace !